Aller au contenu principal

Tristes topiques ? Philippe Garenc@Le Leé / février 2012

TRISTES TOPIQUES ? /  Maud LUCIEN, New-Jersey, FÉVRIER 2012 

Philippe Garenc est peut être un boiteux qui éprouve le monde. Ses travaux de recherche cohabitent étroitement avec le V.ide sur lequel j’enquête. L’exposition des recherches de Philippe GARENC au Leé est l’occasion de présenter quelques enjeux d’un travail de recherche artistique, plastique, à la fois anthropique, multipolaire et élastique.  Le titre de l’exposition, Topoï souligne un pluriel U-topique : Topoï invoque les lieux d’où Je parle.Freud termine ainsi « Au delà du principe de plaisir », par ces vers du poète Ruckert : Was man nicht erfliegen kann, muss man erhinken.Die Schrift sagt : Es ist keine Siinde zu hinken. Philippe Garenc se coltine aux riens pour en faire quelque chose et ses travaux ne recherchent pas l’approbation. Ils capturent à témoin et engagent une réalité virtuelle dans la réalisation de lieux, communs. Appréhendées sans emphase, avec une habileté d’artisan : matière organique, matière virtuelle, l’une alimentant l’autre, articulent des îlots imaginaires. Conscientisés par le biais de questionnements, les Topoïs de Philippe Garenc permettent des articulations imaginées, tangibles, potentiellement palpables puisqu’elles existent en puissance; comme la possibilité que nous avons de fragmenter notre esprit. Outils, processus de construction, installations, images perceptives et prospectives, organisent un espace mental. La figure humaine est absente de la représentation, ce qui ménage explicitement la place du vide, du rien et ce qui rend aussi possible de rencontrer l’autre. Esthétique du lien à l’autre, dans l’étroite cohabitation avec le vide qui nous est commun à tous. En ce sens les titres de ses pièces sont simples et évocateurs. Invitation à la visite de soi, invitation à visiter l’Autre, les architectures de PG font écrans sensibles à la lumière que nous y projetons. Bricoler quelque chose à partir de ce rien est l’affaire de tous, sans exception. Ces travaux nous invitent à nous confronter à notre condition de d’être, à conscientiser et accepter ce vide au moment où il est vital d’engager d’autres rapports au monde… SOUL BUSH, Perdre son âme ? Nous nous souvenons que la Conscience est une acquisition récente, expérimentale et toujours précaire, elle s’établit graduellement et laborieusement au cours d’un processus qui se prolonge encore, loin d’être achevé dans la civilisation…

 

Publicités
Laisser un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :